Fort Carac'Terre, un film sur Bougon

Fort caractère est né de l’envie de révéler la richesse d’un lieu qui peut de prime abord sembler banal.

 

Lors d’un précédent tournage, nous avons découvert Bougon, un bocage qui durant les derniers remembrements, a été fortement remanié. Pourtant, dans ce petit secteur, le maillage reste encore bien présent. La terre y est capricieuse, très humide en hiver et sèche en été, ce qui la rend difficile à travailler. Face à ces contraintes, les agriculteurs n’ont pas vraiment le choix, la prairie reste un des seuls moyens de l’exploiter. Finalement, ce trait de caractère a aussi permis à ce lieu de rester bocager.

Tous les deux fils d’agriculteur, nous sommes nés au cœur d’une ferme bocagère et avons grandis dans ce milieu si particulier, où l’agriculture semble pouvoir se concilier avec la nature. C’est dans cette petite ferme de gâtine que notre passion pour la nature, puis du cinéma sont nées.

L’ évolution des pratiques agricoles a amené les paysans à se détacher de la nature et de tout ce qui les entoure. C’est donc assez logiquement que les pratiques productivistes ont amené les agriculteurs à détruire ce milieu bocager. La disparition des fermes de polyculture élevage, transformées en fermes céréalières, a entraîné la destruction des prairies, des mares, des haies et des petits bosquets, jugés inutiles aux yeux de ces nouveaux exploitants. Ainsi, peu à peu, tous ces arbres têtards dans lesquels nous grimpions quand nous étions enfants, toutes ces prairies dans lesquelles nous courions, les papillons et tous ces ruisseaux où nous pataugions joyeusement, ont commencé à disparaître autour de nous.

 

Aujourd’hui nous sommes cinéastes animaliers et nous travaillons toujours sur la ferme familiale. Notre volonté est de montrer autour de nous que ce milieu bocager est un espace où les pratiques agricoles peuvent coexister avec une grande biodiversité. Selon nous, c’est en apportant connaissance et sensibilité aux agriculteurs que nous pourrons conserver ce bocage.

 

En écrivant ce film, nous voulons donner de l’ importance à ce lieu, qui aux yeux de ses habitants semble complètement anodin. Tout en valorisant le travail des agriculteurs, nous voulons leur faire prendre conscience que leurs pratiques culturales ont un impact sur les milieux qu’ils cultivent. En suivant une famille de paysans, nous montrons d’autres alternatives qui permettent d’exploiter ces terres tout en préservant le bocage.

 

Avec ce film, nous voulons avant tout sensibiliser le public à la richesse naturelle qui les entoure. Nous sommes allés à la rencontre des agriculteurs de Bougon et nous souhaitons également qu’ils découvrent autrement certaines espèces qu’ils côtoient au quotidien, et ainsi les conforter dans leur volonté de conserver cet équilibre entre nature et agriculture. Grâce aux réseaux que nous avons créé avec nos précédents projets, nous envisageons une large diffusion dans la région. Ces projections seront l’occasion de rencontres et d’échanges autour de la préservation de ces lieux qui deviennent de plus en plus rares.

 

Il est beaucoup plus difficile d’arracher une haie quand on connaît la richesse et la beauté de la vie qu’elle abrite, et de ne plus considérer cette forêt linéaire comme une gêne entre deux parcelles.

En espérant que ce message puisse passer au-delà des haies, des mares et des prairies de Bougon, car cet enjeu local s’adresse également à l’ensemble des personnes soucieuses de valoriser et de protéger leur territoire. Au rythme des saisons, de la terre et du travail des paysans de Bougon, nous vous proposons une immersion au cœur de ce bocage, en partie encore préservé.